Histoire du site

Du XIIIème au XVIIème siècle

Le prieuré du Val Notre-Dame de Walincourt a été fondé en 1255 par Baudouin de Dours, seigneur de Walincourt, et pris en charge par les religieux de l'ordre des "Ermites de St-Guillaume" ou "Guillelmites" puis "Guillemins".
Il comptait habituellement 30 religieux.
Après un épisode de remplacement des "Hiéronymites" au collège des bons enfants à Cambrai, les religieux furent contraints de faire à nouveau le "service divin" au prieuré, sur la réclamation de la Sénéchale du Hainaut, Dame de Walincourt, représentant les anciens Sires de Walincourt, fondateurs de ce dernier. Ils avaient toutefois obtenu la permission de Maximilien de Berghes de continuer leur enseignement à Cambrai jusqu'en 1575.
De nombreux vestiges témoignent aujourd'hui encore de son passé moyenâgeux, dans les caves de 2ème sous-sol ou dans certaines parties du bâtiment actuel.

Au XVIIIème siècle

En 1765, les religieux n'étaient plus que 12 et le Roi leur interdisait de recevoir des novices.
Arguant de leur bonne conduite et de leurs bonnes moeurs, ils sollicitent à Louis XV l'autorisation de s'adjoindre des novices afin d'assurer l'hospitalité et le secours aux pauvres, mais le Duc de Choiseul leur répond que "la volonté du Roi étant que son décret soit respecté", confirmant ainsi l'intention royale de supprimer peu à peu les maisons religieuses.
Avec la révolution de 1789 vint le temps d'une attaque par une bande mise en déroute par la résistante de Don Benoît (Alexis Joseph BAILLEUX), mais les religieux, comprenant que leur situation va devenir difficile, se partagent le numéraire et se rendent à CAMBRAI "en la rue St Georges", vers l’Eglise, côté droit, puis aux 4 et 6 de la rue Saint Martin.
Divers écrits provenant de la Mairie de WALINCOURT montrent que le prieuré est alors laissé sous la garde de la commune :
* Le 12 juin 1791 sont nommés 4 gardiens avec ordre de garder jour et nuit, sans pouvoir s'absenter, les effets inventoriés par le conseil municipal ; en cas de troubles, l'un d'eux devra se détacher pour avertir la municipalité.
* Le 30 août, le sieur HOUILLON, administrateur du Directoire du District de CAMBRAI, fait transporte les meubles du "ci-devant chapitre de WALINCOURT et des GUILMITES".
* Le 17 avril 1792, "le sieur BOUFLERS, ci-devant religieux des GUILLEMINS", résidant à WALINCOURT, demande à payer sa contribution patriotique afin de recevoir son trimestre.
* Le 28 ventôse 1793 (An II de la République), une délégation municipale inventorie sur ordre, dans un caveau, 4 cercueils de plomb dont 1 petit sans couvercle, et les envoie au "2e bureau de l'administration de cambrai pour y être convertis en matière propre à chasser et combattre les vils esclaves des despotes coalisés et notamment les barbares autrichiens".
Il semble que le domaine soit plus ou moins laissé à la garde locale ensuite.

Au XIXème siècle

On retrouve des traces historiques lors de l’occupation du Hainaut par les cosaques entre 1815 et 1818.
Les familles qui se succèdent ensuite dans le Val se contentent d'en cultiver les terres et c'est en 1897 que la famille DELAMBRE, propriétaire également de la Ferme des BRISEUX, derrière les GUILLEMINS, décide de procéder à la rénovation des lieux :
* Le pignon de l’abbaye est reconstruit.
* Des écuries sont bâties autour de la cour d'entrée et une halle aux bestiaux aménagée.
* La conciergerie, située à l'entrée du site, est réparée, un trottoir est aménagé, en enfouissant la partie basse.
* Petit à petit, différents murets, la mare disparaissent sous les pavages et réfections diverses.

Du XXème au XXIème siècle

La ferme a ensuite été très bien entretenue jusqu'à l'arrivée de l'Association actuellement propriétaire qui a décidé de mettre en valeur ce patrimoine, en préservant son passé.

Pour découvrir le patrimoine historique de ce site, pour échanger, ...